1918

Lorsque la guerre a éclaté en Syrie, Akram a eu la possibilité de venir au Québec. Il a choisi de demeurer à la résidence Boisgomin, où il a pu compléter ses études en génie biotechnologique à l’Université Laval . Les recherches qu’il a développées pour régénérer la peau des grands brûlés contribue aujourd’hui à “sauver notre peau” à travers le Québec.

Pour soutenir l’accueil d’un réfugié syrien : www.boisgomin.ca/fondation-haratan