Le 4 octobre dernier s’achevait « Le Temps de la Création » à l’occasion duquel le pape François a publié un message entièrement consacré au thème choisi, cette année, par la famille œcuménique : « Jubilé pour la Terre ».

De nos jours, nos modes de vie, particulièrement le fléau de la surconsommation, poussent la planète Terre au-delà de ses limites. Nos exigences de croissance ainsi que notre cycle de production et de consommation sans fin épuisent notre monde. Les forêts sont lessivées. La couche arabe s’érode. Les champs s’épuisent. Les déserts gagnent du terrain. Les mers s’acidifient. Les tempêtes s’intensifient. Le climat se réchauffe à une vitesse alarmante et la biodiversité s’appauvrit. In fine, la Terre lutte pour se renouveler.

Dans ce contexte assombri de « la Terre qui se meurt », que penser de la proposition du thème « Jubilé pour la Terre » pour célébrer le Temps de la Création ? Peut-on parler de nouveaux rythmes, d’un nouvel espoir »? Y a-t-il bien lieu de célébrer ?