Mieux intégrer les parts d’ombres de notre Église

557

Quand on pense au passé de l’Église, il y a plusieurs raisons d’être fiers et reconnaissants. Pourtant, nous y retrouvons aussi des drames d’une grande tristesse, comme les abus sexuels commis au sein de l’Église, ou l’implication de celle-ci dans le système des pensionnats autochtones… Comment aborder ces enjeux douloureux? Valérie Roberge-Dion, directrice des communications de l’Église catholique de Québec, réfléchit avec nous.

Article précédentAvec Lui, espérer encore : 2e dimanche de l’Avent 2021
Article suivantLumière du monde – 12 décembre 2021